High-Tech

Fruit Ninja passe en réalité virtuelle. Oui, et après ?

Déjà sur smartphone ou tablette, l’intérêt d’un jeu comme Fruit Ninja est questionnable. A la limite aux WC en se faisant vraiment chier proie à un ennui qui ne peut être corrigé par la couverture du dernier Cosmo, mais sinon, ça n’est clairement pas le titre le plus brillant de ces dernières années. Mais alors qu’Angry Birds a évolué jusqu’à entrer dans les salles de cinéma, est-il vraiment étonnant de découvrir un nouveau Fruit Ninja VR sur PC ? En réalité virtuelle en plus et adapté aux HTC Vive et Oculus Rift (avec les contrôleurs qui vont bien). Regardez donc :

C’est y pas magnifique ? Grâce à une machine à 2000 boules et un casque à minimum 500€, vous pourrez découper autant de fruits que vous voudrez ! Ca va faire plaisir à la campagne « 5 fruits et légumes par jour » du Ministère de la Santé, mais peut-être moins à votre compte en banque. Surtout que bon, autant coiffer un visiocasque pour partir dans l’espace est une chose difficile à faire en vrai (même si pas totalement infaisable d’après Elon Musk), mais découper des fruits avec un budget de 2500€ est tout à fait gérable. La preuve en vidéo :

A peu près le même budget (ça coûte cher l’équipement audio/vidéo), mais quand même beaucoup plus de fun. D’ailleurs, on se rend bien compte une fois la chose passée dans le monde réel que la découpe de fruit au sabre n’a d’intéressant que le fait de faire tournoyer un sabre comme un ninja frugivore. Mais le genre passe assez bien, tellement qu’on trouve même une suite !

Vous n’avez pas encore fait une indigestion de banane ? Qui oserait encore se moquer du film Karate Kid alors que des milliers de personnes regardent des apprentis ninjas découper des fruits sous fond de dubstep ? C’est avec ce genre de mode que l’on crée les plus gros problèmes de société d’ailleurs. Combien d’écoliers se sont éclatés un tibia sur un cocotier après avoir vu le mythique Kickboxer avec Jean-Claude Van Damme ? D’ailleurs, l’auteur des deux vidéos précédentes a pensé aux dérives possibles et a produit une troisième sur le sujet.

Si vous êtes arrivé jusque là en visionnant tout ce qui a été proposé, vous avez prouvé que Fruit Ninja est capable de remplir une salle de cinéma et qu’il n’y a aucun mal à le voir débarquer en réalité virtuelle. Mais il n’empêche que ça doit être sacrément plus amusant en vrai.

On a un gros problème, tant sur YouTube, que dans le monde vidéoludique ou le web en général. A peu près n’importe quel concept arrive à prendre, même le moins intéressant, pour peu qu’il fasse assez de bruit ou sorte des sentiers battus (les diverses campagnes de financement participatif pour des projets assez WTF le prouvent). Alors c’est sûr, il n’y a aucun mal à griffer un écran de smartphone pour découper des pastèques, ou même à se payer un équipement hors de prix pour faire la même chose en réalité virtuelle sur PC, mais la démesure ne prend-elle pas des proportions inquiétantes ? Comment râler après des titres AAA mal finis lorsqu’on est capable de payer pour un jeu sans histoire, scénario ou même de gameplay intéressant ? Une fois la découverte passée, quid de la rejouabilité de ce genre de soft ? Les tablettes et smartphones ont des « Stores » pleins de jeux gratuits qu’on utilise comme du consommable sans intérêt. Même plus besoin de choisir, on se paie des vidéos promotionnelles pendant le jeu et ça marche. Dans quel but ? Pousser à la consommation, accepter de se lasser pour aller voir ailleurs quand ça nous chante. C’est évident sur Android et iOS, mais pas encore sur PC (même si Steam, Humble Bundle et autres font en sorte que nos bibliothèques se remplissent pour rien) et espérons que le joueur PC arrive à résister avant que ce genre de titre ne devienne commun.

Veuillez remplir les champs obligatoires.
Signaler un contenu



A propos de l'auteur

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire