Accueil » Encore du Quantum Break en DX11
High-Tech

Encore du Quantum Break en DX11

Eh oui, on repart sur un autre article qui traite des performances de Quantum Break en DX11 depuis qu’il a basculé sur Steam. Hier les russes de Gamegpu avaient vu en gros que la hiérarchie connue des cartes DX11 était respectée, avec une R9 Fury X jouant le rôle de perturbateur plus elle grimpe en définition. Elle est donc dans son style particulier, et nous nous demandons si un seconde test confirmerait, ou pas, la hiérarchie précédente. C’est donc nos confrères germains de PCGH, eux aussi spécialiste du Performance test, qui ont passé le jeu au crible. Il y a une quinzaine de cartes, dont Pascal, Polaris 10 XT et la R9  Fury X, et on peut voir que malgré les réglages, on a sensiblement le même comportement.

Certes le jeu n’est pas très long, mais il vaut le coup à moins de 37€. ET par contre prévoyez de jouer avec le scaling on, autrement vous allez choper un framerate asthmatique qui va vous ruiner tout plaisir. Mais dès le Full HD, on sent qu’à part Pascal et un peu Maxwell 2, ça se tient dans un mouchoir de poche et ça mouline pas très haut. C’est dur le métier de porteur !

quantum break

A propos de l'auteur

Sébastien T.

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez nous sur les réseaux sociaux !

Rejoignez nous sur Teamspeak

Rejoindre notre Teamspeak

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez par email toute l'actualité High-Tech chaque matin
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 964 autres abonnés.

Tester votre débit

Oui Non

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :