Home / High-Tech / Google souhaite faire circuler ses voitures d’ici cinq ans

Google souhaite faire circuler ses voitures d’ici cinq ans

Article mis à jour le 21 décembre 2016 à 16 h 51 min

Au salon de l’automobile à Détroit, Google a précisé son calendrier pour sa voiture autonome. L’entreprise américaine souhaite notamment  faire circuler ses voitures d’ici cinq ans aux États-Unis. Un délai large, qui laisse du temps au législateur pour adapter la loi et à l’entreprise pour affiner un peu plus son logiciel embarqué.

Le calendrier de la Google Car se précise. À l’occasion du salon automobile de Détroit, qui se déroule en ce moment, Google a fait savoir qu’il escomptait commercialiser et faire circuler aux États-Unis ses premiers modèles de voiture autonome d’ici cinq ans. C’est en tout cas l’ambition affichée par Chris Urmson, le directeur du programme au sein de la firme de Mountain View.

Avant l’arrivée des premiers véhicules grand public, l’entreprise américaine devra encore franchir de nombreux obstacles, notamment sur le plan juridique. Une évolution de la législation est toutefois en cours dans certains États américains. Des questions de fond restent encore à résoudre, comme la responsabilité en cas d’accident. Est-ce le conducteur ? Le fabricant de la voiture ? Le concepteur du logiciel de bord ?

il y a aussi de nombreux défis qui restent à relever sur le plan technique, afin que le déplacement des véhicules autonomes soit le plus sûr possible. Il est notamment indispensable que le conducteur puisse à tout moment reprendre le contrôle de son automobile. C’est pourquoi il a été demandé à Google d’intégrer un volant, des pédales et une boîte de vitesses dans les modèles destinés à la voie publique.

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l’informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J’utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l’utilisation des OS Debian et Archlinux.

A voir aussi

Vers une taxe sur le e-commerce

Vers une taxe sur le e-commerce

Le Sénat vient d’adopter une taxe sur lavente en ligne, calculée en fonction des distances …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :