Home / High-Tech / Ne dites plus streaming, mais flux

Ne dites plus streaming, mais flux

Article mis à jour le 21 décembre 2016 à 16 h 52 min

La commission générale de terminologie et de néologie a encore frappé. Pour ce début d’année 2015, elle propose une nouvelle traduction du terme “streaming” avec le mot “flux”.

C’est officiel depuis ce mercredi matin. À partir d’aujourd’hui, les administrations publiques et les entreprises privées qui tiennent à respecter les normes ne devront plus utiliser le terme anglophone de “streaming” pour décrire le principe de la diffusion en continu qui permet de lire un contenu multimédia sans avoir besoin de le télécharger sur l’ordinateur mais le mot plus français de “flux”.

La commission générale de terminologie et de néologie a en effet fait publier au Journal officiel un avis concernant le vocabulaire de l’audiovisuel. Repéré par Benoît Tabaka, il indique que le flux “se dit de la diffusion ou de la réception par l’internet de contenus audio et vidéo, selon un mode de transmission permettant une lecture en continu sans téléchargement“.

Cette publication au Journal officiel est en fait une correction apportée par la commission. En 2005, le terme de “streaming” avait déjà fait l’objet d’une traduction officielle mais celle-ci s’est avérée inadéquate. À l’époque, l’expression “diffusion en flux” avait été retenue. Cette dernière est désormais écartée au profit d’un mot plus simple.

L’an dernier, la commission générale de terminologie et de néologie a proposé plusieurs traductions de termes anglophones dont l’usage se généralise dans la langue française. Ainsi, Open Data a été traduit par donnée ouverte, crowdsourcing par production participative, Big Data par mégadonnée et back office par arrière-guichet, pour ne prendre que quelques exemples récents.

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l’informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J’utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l’utilisation des OS Debian et Archlinux.

A voir aussi

Vers une taxe sur le e-commerce

Vers une taxe sur le e-commerce

Le Sénat vient d’adopter une taxe sur lavente en ligne, calculée en fonction des distances …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :