High-Tech

Droits de l’homme : un site pour vérifier qui vote quoi à l’ONU

Alors que l’activité diplomatique à l’ONU n’est pas toujours très accessible, l’association Human Rights Watch lance ce mercredi un nouveau site internet, Votes Count, qui facilitera grandement l’accès des citoyens à la politique internationale conduite par leur pays en matière de droits de l’Homme. Le site compile de façon synthétique et très claire les votes des différents états membres du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, l’organe chargé notamment de prendre des résolutions à l’encontre des états qui commettent des violations des droits fondamentaux.

Tous les pays de l’ONU ne sont pas membres du Conseil des droits de l’Homme, qui se limite à 47 membres élus par l’Assemblée Générale à bulletin secret, avec une répartition géographique du nombre de sièges. L’Europe dispose ainsi de six sièges, dont un est occupé par la France depuis 2014. 

La page de Votes Count pour la France montre que la France fait partie des membres les plus déterminés du Conseil, et ayant voté la quasi totalité des résolutions adoptées notamment sur la Syrie, le Sri Lanka, la Corée du Nord, l’Iran, l’Ukraine ou le Bélarus. Human Right Watch affiche un relatif satisfecit à la politique internationale française en matière de droits de l’homme, excepté sur la situation palestinienne, la France ayant préféré s’abstenir “de façon regrettable” lors du vote d’une résolution de juillet 2014 sur des violations commises par Israël à Gaza.

Même si la France est déjà parmi les délégations qui soutiennent le plus le mandat du Conseil de s’adresser aux situations spécifiques à des pays, elle pourrait faire plus pour mobiliser les membres afin qu’ils agissent sur un champ plus large de situations qui ne sont pas encore abordées par le Conseil“, conclut HWR.

Veuillez remplir les champs obligatoires.
Signaler un contenu



A propos de l'auteur

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.