High-Tech

SFR/Numericable : perquisitions au siège

SFR/Numericable : perquisitions au siège

L’Autorité de la concurrence s’interroge sur le respect des procédures du rachat de SFR par Numericable. Des perquisitions ont eu lieu.

En avril 2014, le groupe Altice a racheté l’opérateur SFR à Vivendi pour un montant de 17 milliards d’euros, dont 13.5 milliards d’euros en cash. La signature du contrat ne suffisait pas pour finaliser cette acquisition. Les actionnaires l’ont approuvée au mois de juin suivant et, surtout, l’Autorité de la concurrence a donné son feu vert fin octobre 2014. Avant ces étapes, la nouvelle entité SFR/Numericable n’avait pas le droit de commencer à agir.

Cela a-t-il été respecté ? L’Autorité de la concurrence n’en est pas certaine. Ce 2 avril, elle s’est rendue, avec la DGCCRF, au siège de SFR/Numericable à Saint-Denis. Résultat, des bureaux ont été mis sous scellés, et ont été saisis des documents et des ordinateurs. L’Autorité cherche à savoir à partir de quelle date la direction de cette nouvelle structure a débuté.
Ce sont les concurrents de SFR qui ont évoqué leur doute à l’Autorité. Des annonces, notamment rapidement faites après avoir reçu l’autorisation, les laissent penser que le travail a débuté avant. Par exemple, le lancement de la nouvelle box de SFR environ deux semaines après. Un temps jugé trop court pour mettre en place cette offre.

L’Autorité de la concurrence va mener son enquête pour déterminer s’il y a eu, ou non, des pratiques illégales de la part de SFR/Numericable. Si tel était le cas, la vente ne serait pas annulée. Numericable/SFR risquerait une amende jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires total annuel. Par rapport aux résultats 2014, cela représenterait un montant maximum de 570 millions d’euros.

Photo: © SFR.

Veuillez remplir les champs obligatoires.
Signaler un contenu



A propos de l'auteur

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire