Accueil » YouTube Gaming : ce qu’il faut savoir sur le Twitch de Google
High-Tech

YouTube Gaming : ce qu’il faut savoir sur le Twitch de Google



C’est une bataille de géants qui se prépare. Un peu moins d’un an après le rachat de Twitch par Amazon pour la somme astronomique de 970 millions de dollars, Google vient d’entrer dans l’arène avec la ferme intention d’en découdre. La firme de Mountain View annonce en effet l’arrivée imminente de YouTube Gaming, qui sera une plateforme exclusivement dédiée aux jeux vidéo.


Cet été, nous lancerons YouTube Gaming, une toute nouvelle application mobile et un site web pour vous permettre de rester connecté aux jeux, aux joueurs et à l’univers vidéoludique qui vous intéresse, avec des vidéos, des retransmissions en direct et la plus grande communauté de joueurs sur le web — tout cela au même endroit“, écrit Alan Joyce, responsable produit chez YouTube.


YouTube Gaming sera un adversaire de taille pour Twitch. Les deux services s’adresseront au même public et proposer peu ou prou les mêmes fonctionnalités. Et si Twitch peut miser sur son ancienneté, avec une communauté fidèle qui a désormais ses habitudes sur la plateforme, Google va déployer toute sa puissance de frappe et mettre à profit sa filiale, YouTube, pour essayer de lui passer devant.



Détail qui a son importance, Google a essayé d’acheter Twitch mais Amazon a été plus rapide. Bien décidé à avoir son propre service vidéoludique, le groupe américain a finalement choisi de construire sa propre plateforme même si cela a nécessité de repartir de zéro.


La firme de Mountain View profitera du salon E3, qui aura lieu du 16 au 18 juin à Los Angeles, pour présenter un peu plus en détail les contours de YouTube Gaming. L’entreprise promet déjà un accès à un vaste catalogue vidéoludique (plus de 25 000 jeux auront leur propre page), permettant de mieux cibler les vidéos concernant tel ou tel jeu (des let’s play, des speedruns, des walkthroughs…).


D’ici le lancement officiel de YouTube Gaming, Google promet de publier des outils utiles pour les joueurs afin qu’ils puissent profiter de la retransmission de jeux dans les meilleures conditions possibles. L’annonce, en mai dernier, de la possibilité de diffuser des vidéos en direct à une fréquence de 60 images par seconde en HTML5 s’inscrit dans cette stratégie (idem pour les vidéos 4K en 60 fps).


Parmi les évolutions attendues, YouTube Gaming pourra s’appuyer sur un nouveau mode de diffusion en direct qui sera livrée avec de meilleurs outils de modération et une réduction de la latence pour les commentaires. Le service sera évidemment disponible sur Android et iOS, en version mobile et tablette. Des outils de personnalisation et de recommandation sont aussi prévus.


YouTube Gaming sera disponible au cours de l’été, d’abord aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le groupe n’a pas précisé quand arrivera sa nouvelle plateforme dans les autres pays, et notamment en France.


( photo )


Si vous avez trouvé une erreur d’orthographe, veuillez nous en aviser en sélectionnant le mots et en appuyant sur Ctrl+Enter.

A propos de l'auteur

Sébastien Tondelier

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

OuiHeberg - L'Hébergement accessible à tous !

Suivez nous sur les réseaux sociaux !

FR | GeekParadizeHub ➜ Communauté Multigaming

21 User(s) Online Join Server
  • Lau261914
  • <\Nathan/>
  • Frédéric | OuiHeberg.com
  • Zack Loire
  • SLXW
  • NekZzi-
  • Zorkadi
  • JalucineChou
  • Marlon29

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez par email toute l'actualité High-Tech chaque matin
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 951 autres abonnés.

2 - Entrer votre adresse email :

Tester votre débit

Acheter moins cher avec i-Comparateur

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :