Accueil » Jeux video d’occasion : Fleur Pellerin désavoue son cabinet
High-Tech

Jeux video d’occasion : Fleur Pellerin désavoue son cabinet

Fleur Pellerin tente d’éteindre la polémique sur les jeux vidéo d’occasion, que son cabinet a dit vouloir considérer comme du piratage en encourageant les DRM censés empêcher la revente des jeux achetés légalement.


Hier, nous rapportions que le cabinet de Fleur Pellerin avait sans aucune ambiguïté soutenu l’utilisation de DRM et des systèmes de validation contre les jeux vidéo vendus d’occasion. “L’activité de revente de jeux physiques et du pluri-téléchargement des jeux en ligne est préjudiciable au développement de l’industrie et contrevient aux droits des éditeurs“, avait écrit le ministère, provoquant la fureur des joueurs qui payent déjà très chers les jeux neufs, et à qui l’on reproche de revendre les jeux auxquels ils ne jouent plus.

Les réactions ont été si nombreuses que la ministère de la Culture est intervenue vendredi pour tenter de rassurer. “Pas d’inquiétude“, demande-t-elle. “il n’a jamais été question d’interdire la revente de jeux vidéos d’occasion telle qu’elle se pratique aujourd’hui“.

Pas d’inquiétude, il n’a jamais été question d’interdire la revente de jeux vidéos d’occasion telle qu’elle se pratique aujourd’hui !!!
— Fleur Pellerin (@fleurpellerin) 14 Août 2015

On croit comprendre que Fleur Pellerin vise ici la vente de boîtes de jeux physiques qui resterait épargnée (contrairement à ce que dit le message d’origine), mais exclut la revente de jeux vidéo d’occasion dans leur version dématérialisée. Rarement possible en pratique, du fait des DRM associés aux comptes des utilisateurs, elle est parfois organisée par les plateformes qui permettent de revendre des clés désactivées. Des entreprises comme Apple ou Amazon ont même déposé des brevets pour s’y préparer. En revanche le leader du marché, Steam, ne permet que de prêter un jeu à un ami, mais pas de céder sa licence à un tiers.

En 2012, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) avait jugé qu’il était illégal d’interdire par contrat la revente d’une licence de logiciel. Mais la question qui était posée au ministère de la Culture était celle de l’interdiction des mécanismes technologiques, les DRM, qui assurent l’impossibilité matérielle de revendre le jeu.

Il est certain que dans sa réponse originelle, qui mélangeait piratage et revente de jeux vidéo, le ministère de la Culture avait tout confondu dans un même élan de protection des intérêts des éditeurs, estimant que ne pas acheter neuf était voler, en toutes circonstances. Heureusement la réalité est bien plus complexe, et il n’est même pas certain que l’interdiction des jeux d’occasion profite à l’industrie.

En 2013, une étude avait conclu que le marché de l’occasion nourrissait le marché du neuf (exactement pour le marché automobile), et que la disparition de l’occasion ne serait profitable à l’industrie du jeu vidéo qu’en cas de baisse importante du prix des jeux neufs.

Si vous avez trouvé une erreur d’orthographe, veuillez nous en aviser en sélectionnant le mots et en appuyant sur Ctrl+Enter.

A propos de l'auteur

Sébastien

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian et Archlinux.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site est hébergé avec ❤ par

Heberge par Ikoula

Suivez nous sur les réseaux sociaux !

FR | GeekParadizeHub ➜ Communauté Multigaming

4 User(s) Online Join Server
  • Frédéric | OuiHeberg.com
  • guigui
  • MaTroX
  • Zack Loire

✉️ Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez par email toute l'actualité High-Tech chaque matin
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 1300 autres abonnés.

2 - Entrer votre adresse email :

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous contactant via le formulaire de contact

Tester votre débit

Acheter moins cher avec i-Comparateur

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :