High-Tech

Salesforce : cloud pour objets connectés

Salesforce : cloud pour objets connectés

L’éditeur de logiciels va ouvrir un nouveau cloud dédié à l’Internet des objets via sa nouvelle plate-forme Thunder.

Salesforce, un des pionniers du cloud computing, a décidé de miser sur les objets connectés. La firme américaine basée à San Francisco a attendu sa conférence Dreamforce pour annoncer qu’elle allait mettre à la disposition de certaines grandes entreprises un nouveau cloud consacré à l’Internet des objets qui s’appuiera sur sa plate-forme Thunder. L’éditeur de logiciels affiche ainsi son ambition de devenir le leader d’un marché émergent au fort potentiel. Les experts affirment d’ailleurs que l’Internet des objets figure parmi les activités qui connaîtront la plus forte croissance au cours de la prochaine décennie. Dylan Steele, directeur du marketing produit, est convaincu que le nouveau pari de Salesforce sera gagnant. « Nous voyons l’accroissement du volume de données qui proviennent d’une grande variété d’appareils connectés et nous réfléchissons sur le meilleur moyen d’aider les clients à gérer ses volumes massifs » a-t-il déclaré au site TechCrunch.

Comment ça marche ?

Le mode de fonctionnement du nouveau cloud de Salesforce s’apparentera à celui qui est déjà proposé en matière de CRM. Les clients souscriront à une offre et le prestataire sera chargé de gérer l’infrastructure, le déploiement de la solution et la gestion des données. Techniquement, la tâche sera plus complexe pour Salesforce car le Big Data est plus difficile à gérer que des données clients.

Dans un premier temps, ce nouveau cloud sera proposé aux géants de l’aéronautique et de l’énergie. L’aventure débutera en 2016 avec le lancement des premiers pilotes.

Photo: © Salesforce

Veuillez remplir les champs obligatoires.
Signaler un contenu



A propos de l'auteur

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire