High-Tech

Après son rachat, AdBlock accepte la pub

Après son rachat, AdBlock accepte la pub

Le développeur d’AdBlock annonce la vente de son extension et la diffusion de publicités jugées acceptables.

Dans un communiqué diffusé sous forme de pop-up, Michael Gundlach vient de jeter un pavé dans la marre du petit monde des bloqueurs de pub sur Internet. En prenant par surprise les 40 millions d’utilisateurs revendiqués de son extension, le développeur annonce avoir vendu AdBlock à une société qui reste anonyme à cette heure. Mais au-delà de ce rachat, c’est une autre surprise qui attendait les utilisateurs du logiciel de blocage publicitaire.

En effet, AdBlock va désormais rejoindre le consortium qui met en place la politique des « publicités acceptables » – aussi connu sous l’acronyme « ADP ». Ce programme a été lancé par Adblock Plus, le principal concurrent d’AdBlock et jusqu’à présent, Michael Gundlach s’était toujours refusé à en faire partie. Désormais, l’extension AdBlock rejoint donc ce système basé sur une liste blanche de publicités et sites acceptables. Selon les informations du site anglais The Guardian, Google, Microsoft, Amazon et d’autres géants du Net se seraient déjà arrangés pour figurer en bonne place sur cette liste blanche, ce qui n’est pas sans provoquer de polémique parmi les partisans des bloqueurs de pub. Afin de garantir une certaine impartialité dans la constitution de la fameuse « white list », un comité d’experts indépendants, d’éditeurs de sites et d’internautes va être mis en place avant la fin de l’année. C’est ce qui aurait décidé AdBlock a rejoindre ADP.

Photo: © AdBlock.

Veuillez remplir les champs obligatoires.
Signaler un contenu



A propos de l'auteur

Sébastien T.

Passionné depuis toujours par l'informatique et les jeux vidéos, je transforme ma passion en expertise. J'utilise quotidiennement les outils et systèmes Microsoft. Je ne délaisse pas mon côté ouvert, notamment via l'utilisation des OS Debian.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire