Battlefield Hardline : Nos Impressions sur la Beta – GeekParadize.Fr - Actualité High-Tech et Geek au QuotidienGeekParadize.Fr – Actualité High-Tech et Geek au Quotidien
Home / Jeux Video / Battlefield Hardline : Nos Impressions sur la Beta

Battlefield Hardline : Nos Impressions sur la Beta

battlefield-hardline-beta-test-review-slider-600x282

Annoncée et lancée dans la foulée à l’E3, la bêta de Hardline, le nouveau Battlefield, est parvenue entre nos mains. Et après quelques heures de jeux, nous sommes en mesure de vous présenter nos impressions sur ce nouveau Battlefield, thématisé Police contre Voleurs !

Coup de Com’

Vous le savez surement, après le fiasco du lancement de Battlefield 4, EA a beaucoup de chosse à se faire pardonner. Le quatrième opus de la franchise est arrivé trop vite et trop violemment sur le marché, et résultat, il est tout juste opérationnel à l’heure où nous parlons. Derrière cette bêta largement anticipé de Hardline se cache donc un coup de com’ à l’objectif double : d’une part, permettre aux joueurs de donner leur avis sur le prochain Battlefield tout en laissant le temps aux développeurs (Visceral) de les prendre en compte, et d’autre part, créer l’engouement autour d’un titre risqué (les joueurs de Battlefield ne sont pas habitués à une sortie par an) et audacieux. Et mine de rien, cette initiative s’avère très rassurante, d’autant plus qu’EA met le paquet pour recueillir nos avis, en mettant en avant les forums du Battlelog, par exemple.

Feel the battlefield

Mais trêve de bavardages, passons au vif du sujet, puisque malgré nos déceptions passées, nous sommes prêts à accueillir ce Battlefield policer à bras ouverts. Qu’on se rassure : Hardline, dans sa structure, reste un pur Battlefield. Les sensations et les possibilités sont les mêmes, et seul le décor et l’ambiance changent (nous y reviendrons). Le gameplay repose donc sur un jeu à objectifs où s’affrontent deux équipes, chaque joueur ayant le choix entre quatre classes : la première, baptisée Operator, est une classe d’assaut/médic, la seconde, Enforcer, est une classe de soutien, la troisième, Mech, permet de réparer ou de détruire les véhicules, et enfin la classe Specialist vous permet de sniper allégrement. Rien de nouveau côtés classes donc, si ce n’est un équilibrage des armes. Les deux derniers Battlefield avaient fait la part belles aux armes universelles (utilisables par toutes les classes), mais Hardline revient à la recette traditionnelle : chaque classe a son type d’arme principale et, c’est nouveau, secondaire (la première équilibrant l’autre, ou vice-versa) : l’Operator s’offre les fusils d’assauts (aux comportements radicalement différents) et les revolvers, l’Enforcer profite des fusils-mitrailleurs des fusils à pompe (et même un fusil à canon scié, ultra-fun) et d’un pistolet semi-auto classique, le Mech s’arme des mitraillettes et des pistolets semi-auto aux chargeurs bien remplis et le Specialist dispose des fusils de snipers, DMR et pistolets mitrailleurs en guise d’arme secondaire. Moralité : des classes plus identitaires, qui sacrifient leur modularité pour un gameplay plus marqué.

battlefield-hardline-beta-test-review-1-1024x573

Mais les vraies nouveautés se trouvent ainsi dans les différents gadgets à votre disposition. Ici, on retrouve les classiques de la licence (medikit, amopack, roquettes…) mais on découvre également des ajouts intéressants, comme le bouclier, le tazer, qui permet de mettre K.O votre cible en un tir, lesurvivalist, un stylo d’adrénaline qui vous permet de vous réanimer vous même (sauf si vous avez eu le malheur de prendre un tir à la tête ou un explosif en pleine face), des caméras de surveillance portatives ou encore un grappin qui permet de grimper aux murs et une arbalète vous permettant de mettre en place une tyrolienne. Encore une fois, rien de très révolutionnaire, mais à défaut, l’ensemble paraît équilibré, et même le survivalist ou le grappin ne donnent pas lieu à des déséquilibres néfastes.

On trouve néanmoins un ajout plutôt OverPowered du côté des véhicules. En effet, Hardline conserve son ADN battlefield en proposant de nombreux véhicules jouables, et ce dans tous les modes. Outre les motos, les voitures rapides, les SUV armés et les véhicules de commandement, on découvre l’Armored Rescue Vehicule, un monstre blindé, rapide, et lourdement armé : deux mitrailleuses et un lance-grenade. C’est plus ou moins un char au milieu d’un jeu qui s’oriente vers des affrontements civils, bref, un ajout discutable, tant vis à vis du thème que de l’équilibre de jeu. S’il ne réapparaît pas (ou peu, c’est à vérifier), il est assez puissant pour tenir en échec toute  l’équipe ennemie. Et au contraire des autres véhicules du jeu, seules les explosifs peuvent l’endommager. A lui seul, il rend donc la classe Mech indispensable, elle qui a beaucoup moins sa place dans un jeu où tous les véhicules peuvent être endommagés par des armes conventionnelles, ce qui au passage, ajoute beaucoup à l’ambiance du jeu (rien de tel que d’arrêter une voiture de police dans sa course avec des tirs bien placés). Dans le même ordre d’idée, on peut douter de l’utilité des hélicoptères dansHardline. Encore une fois, le thème ne semble pas s’y prêter, et personne ne cherche à utiliser l’hélico’ de transport, tandis que les meilleurs pilotes se battent pour l’hélicoptère de combat, agile et bien armé, qui s’avère au moins aussi puissant que dans Battlefield 4. Une fois de plus, c’est au Mech que revient le soin d’abattre les hélicoptères, puisqu’il peut dorénavant porter deux types de lance roquettes (sol-air et sol-sol) en même temps !

battlefield-hardline-beta-test-review-2

« LAPD ! Put the gun down ! »

Et puisque nous parlions de l’ambiance, revenons sur l’atmosphère de Hardline. Un titre thématique annonçait quelque chose de très particulier, mais malheureusement, on note assez peu de différences avec les opus militaires de la franchise. Le jeu est, sans aucun doute, un Battlefield, mais pourrait pousser encore plus loin son thème, quitte à dénaturer l’ADN de base de la licence. Du côté des points positifs, on note des skins et des armes très référencés, plusieurs répliques sympathiques prononcés par les personnages, une Los Angeles bien reproduite et des véhicules civils très nombreux. Malheureusement, les points négatifs sont tout aussi nombreux : les véhicules, qui forment une part non négligeable du jeu, sont particulièrement rigides à conduire, les armes légères sont peu nombreuses et les ajouts typiquement policiers sont limités. On peut par exemple interroger les suspects à l’aide d’un kill à la matraque de police, révélant la position des ennemis proches, mais les criminels peuvent en faire autant. Il aurait sans doute été plus fun de leur offrir une capacité typique, comme celle d’embarquer à bord de toutes les voitures présentes dans le décor, par exemple.

battlefield-hardline-beta-test-review-3

Malgré tout, Visceral se rattrape avec des bonnes idées du côté des modes de jeu. Le premier s’intitule Heist, et il se joue en deux temps. D’abord, les criminels doivent ouvrir les coffres d’un convoi de fond, tandis que la police les défend, puis, les braqueurs doivent mettre leur butin en lieu sûr pendant que les forces de l’ordre les pourchassent. Et je dois dire que si le début d’une manche et toujours très chaotique, ce mode amène son lot de sensations, surtout du côté des criminels : lors d’un round, je portais donc l’argent au milieu d’une rue pleine de policiers, une scène dans la plus pure tradition de Heat. Le second s’intitule Blood Money, un mode de jeu qui mélange les styles et les influences pour un résultat particulièrement satisfaisant. Ici, l’objectif est, pour les deux équipes, de remplir un fourgon blindé de 5 millions de dollars en petites coupures. Pour ce faire, il est possible de piller une pile d’argent au centre de la map, et même de piller le fourgon de l’ennemi. Et parce qu’il y a sans doute un millier de façons de le jouer, ce mode est assurément mon préféré, il est en tous cas le plus abouti de cette bêta. Un petit bémol tout de même : la pile d’argent est inépuisable, et reste donc toujours à la même position. A la longue, ça peut devenir très répétitif, et surtout trop facile pour l’équipe qui se serait bien installée dans les alentours. Changer la localisation de la pile au moins une fois par round pourrait éviter ce problème et amener plus de diversité !

Battlefield™ Hardline Beta_20140612201332

Quelques points flous ?

Enfin, j’aimerai terminer avec les « points d’interrogation » de cette bêta, car beaucoup d’éléments restent très obscurs. Il y a tout d’abord la progression et la personnalisation des armes. Héritée de Battlefield 4, cette dernière est donc très complète, mais complètement maladroite. En effet, pour débloquer des accessoires pour vos armes, il est nécessaire de monter dans des « paliers », que vous franchissez à l’aide de vos kills. Chaque palier correspond en fait à un type d’accessoires (viseurs, accessoires du canon, poignée…), et lorsqu’il est atteint, il vous autorise à acheter tous les accessoires du palier existants pour votre arme. C’est alors que vous dépensez l’argent virtuel (plus ou moins de l’exp) que vous gagnez grâce à vos actions dans le jeu. Cette personnalisation à deux vitesses n’a pas de vraiment de sens, puisque les paliers s’atteignent relativement facilement, et que vous croulez le plus souvent sous l’argent virtuel. Vous finissez donc par acheter tous les accessoires, juste pour les tester. C’est un peu dommage, car à mon sens, ce système n’encourage pas le skill et ne propose aucun véritable challenge. Il y a donc beaucoup à corriger de ce côté là (à moins que ce ne soit qu’un système spécial pour la bêta) peut être en utilisant l’argent comme un système de points à dépenser par manche, et non comme un stock classique. Autre inconnue du titre : les véhicules. Ils sont nombreux, mais se comportent quasiment tous pareils en dehors de la vitesse. Pour un jeu qui insiste autant sur les différents types de véhicules, c’est tout de même un comble ! Dans le même ordre d’idée, on se demande vraiment ce que font les hélicoptères dans un jeu « policier »… Et je ne parle pas des avions qui devraient être disponibles sur d’autres maps.

battlefield-hardline-beta-test-review-5

Conclusion

En quelques heures, j’ai pris plus de plaisir et de sensations à jouer sur une bêta que sur tout Battlefield 4, ce qui en dit long. Hardline semble bien parti pour résoudre les problèmes principaux de son aîné (le net code est meilleur, les classes sont plus thématiques, les premiers affrontements plus intéressants grâce à un nombre de joueurs minimum requis pour commencer la partie…)  et ajouter de belles nouveautés. Mais malgré tout, Hardline semble hésiter entre la dévotion totale à son thème policier et l’ADN des Battlefield originaux. Et de mon côté, en grand fan de la franchise, j’attends tout de même quelque chose de plus thématique et d’original, afin de pouvoir ressentir une expérience unique, et non celle d’un mode policier déguisé en triple A. EA, Visceral : à vous de jouer !

Trailer :

A propos de Sébastien

Sébastien
Grand Passionné par le High-Tech et les jeux vidéos.

A voir aussi

Tom Clancy’s Ghost Recon Phantoms en Free to Play

  DESCRIPTION DU PRODUIT Découvrez toute l’intensité des affrontements multijoueur de Tom Clancy’s Ghost Recon …